Le numéro du mois

Chasse-Marée

Chasse-Marée 294
Chasse-Marée 294

Sommaire du 294, en kiosque depuis le 28 mars 2018

  • Ikejime, le poisson à la japonaise 
    par Philippe Urvois
    Du poisson pêché rapporté vivant au port, abattu et préparé selon un savant procédé japonais nommé ikejime, la « mort vive »… Le résultat ?  Un produit d’exception, affiné plusieurs semaines avant dégustation.

  • Portfolio : Poisson Mamas
    par Romain Laurendeau
    Romain Laurendeau s’est rendu près de Rufisque, au Sénégal, pour photographier le travail des femmes qui y salent, fument ou sèchent du poisson et le vendent dans tout le Sénégal et les pays voisins.

  • Le dernier voyage de l’Ajax 
    par Régis Tarnec
    Le journal de bord de l’Ajax permet de suivre son voyage mouvementé aux « Indes orientales ». Départ en 1768 de Lorient pour le Bengale, d’où il devra rapporter étoffes, épices, bois précieux, et un tigre pour le roi…

  • Tim Severin, la preuve par la mer
    par Sandrine Pierrefeu
    Tim Severin a reconstitué les navires des anciennes épopées – un curragh, un boutre, un radeau de bambou ou une galère – et les a soumis à l’épreuve du large. Rencontre avec un gentleman sailor pétillant d’audace.

  • Giles : petits bateaux, grandes croisières (2)
    par Dominique Schmidt
    En 1950, Patrick Ellam et John Guzzwell demandent à l’architecte John Laurent Giles de leur concevoir des voiliers de croisière à leur idée… Les tout petits Sopranino et Trekka vont entrer dans la légende.

  • L’eka de Blekinge, de la Baltique aux abers 
    par Mathieu Deniel, Gerd Löhmann et Jacques van Geen
    L’« eka » est le canot à tout faire traditionnel de l’archipel suédois de Blekinge. Un bateau à larges clins, simple et marin, fleurant bon le goudron de Norvège… De quoi faire craquer Mathieu Deniel, charpentier de marine féru de voile-aviron, mais pas de contreplaqué-époxy !

N°294 28 mars 2018
N°294 Réservé aux abonnés

Nord-Nord-Ouest

Sylvain Coher - Illustré par Donatien Mary C’est l’histoire de Lucky et du Petit, deux voyous en cavale. Il y... Lire la suite
Abonnez-vous
Abonnement 1 an

9 numéros

à partir de 67,50 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

18 numéros

à partir de 120,00 €

S'abonner
Abonnement Découverte

4 numéros

30,00 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Le saviez vous ?

Vous pouvez désormais publier votre annonce web dans notre magazine

La maison

Chasse-Marée

L'équipe

Une certaine manière de vivre la mer…

Depuis sa création Le Chasse-Marée n’a de cesse de se poser comme acteur de la reconquête de notre patrimoine et de notre culture maritime et fluviale grâce à des milliers d’articles publiés ans sa revue, des centaines de livres édités et diffusés, des dizaines de concours lancés et l’organisation de nombreuses fêtes et rassemblements. Le Chasse-Marée a ainsi fédéré et participé à la promotion d’un véritable mouvement culturel.

Qui sommes nous
Les archives
Chasse-Marée 294
Chasse-Marée 294
N°294 28 mars 2018
Chasse-Marée 293
Chasse-Marée 293
N°293 21 Février 2018
Chasse-Marée 292
Chasse-Marée 292
N°292 10 janvier 2018
N°266 25 Février 2015
N°267 1 avril 2015
N°268 6 mai 2015
N°270 29 juillet 2015
N°269 24 juin 2015
N°271 9 septembre 2015
N°272 21 Octobre 2015
N°273 2 décembre 2015
N°274 20 Janvier 2016
N°275 24 février 2016
N°276 30 Mars 2016
N°277 4 mai 2016
N°278 27 juillet 2016
N°279 22 juin 2016
N°280 7 septembre 2016
Revue Chasse-Marée, revue maritime, magazine mer, Jérôme Poncet
Chasse-Marée 291
N°291 29 novembre 2017
CHASSE MAREE 290
N°290 25 octobre 2017
Les anciens numéros

Besoin de trouver les anciennes revues Chasse-Marée ? Consultez nos archives et complétez votre collection

Accéder aux archives
Les derniers articles

Chasse-Marée

N°293 Réservé aux abonnés

Portfolio : Hookers

Par Joe St Leger - En 1982, au début de sa carrière de photographe de presse, l'Irlandais Joe St Leger... Lire la suite

 La revue Le Chasse-Marée : le magazine des passionnés de la mer

Depuis 1981 Le Chasse-Marée explore l’univers de la mer, des bateaux et des marins et dresse à travers sa revue éponyme un panorama du patrimoine maritime d’hier et d’aujourd’hui dans le monde. Histoire, art, charpente navale, batellerie, portraits, archéologie, pêche, marine marchande et marine de guerre, mais aussi métiers de la mer, économie des ports et techniques de travail et bien d’autres sujets encore nourrissent les sommaires des 9 numéros annuels.

Fondé par Bernard Cadoret, Le Chasse-Marée contribue activement à la sauvegarde de la mémoire des gens de mer, de leurs traditions, leurs outils et leur savoir-faire en diffusant leurs histoires et leurs connaissances. Le Chasse-Marée invente les fêtes maritimes de Douarnenez avant de créer celles de Brest en 1992. Cette même année, la revue lance le premier grand concours, Bateaux des côtes et fleuves de France : prêt de cent unités sont mises à l’eau partout dans le pays.

Installée à Douarnenez, à la pointe du Finistère, la rédaction pense, écrit, prépare, fabrique, illustre une revue aujourd’hui devenue une référence dans le domaine de la presse maritime. Aidé de nombreux contributeurs spécialisés chacun dans leur domaine, Le Chasse-Marée est une revue complète diffusée en abonnement selon plusieurs formules et en kiosque.

Chaque numéro de 92 pages vous invite au voyage. Un portfolio illustré vous ouvre sur le monde à travers un regard différent. Cinq à six articles vous transportent dans l’histoire, les fonds marins, l’aventure du large et vous voilà embarqué à bord de bateaux traditionnels, de paquebots transatlantiques et de yachts classiques. Une œuvre majeure de la littérature française est illustrée de compositions artistiques originales. Enfin, retrouvez dans chaque numéro les actualités, l’agenda de la mer et une double page sur les techniques de ce monde maritime à part qui fait toute la richesse du Chasse-Marée.

Le Chasse-Marée est aujourd’hui accessible sur internet. Chaque article est répertorié et disponible en quelques clics. Si Le Chasse-Marée demeure une revue, ses milliers de lecteurs n’hésitent pas à la qualifier aussi d’encyclopédie.