Le Chebec : coursier mythique de la Méditerranée

Revue N°96

Chebec espagnol à voiles latines, courant vent largue. Gravure de Jean JérômeBaugean, publiée en 1814 dans le recueil intitulé Collection de toutes les espèces de bâ-timents de guerre et de bâtiments marchands qui naviguent sur l'Océan et dans la Méditerranée. Ce petit chebec de guerre espagnol rentre au port. Il porte encore toute sa voilure, mais on a déjà pesé sur la mestre dont la surface se trouve fortement réduite, sans doute pour diminuer la vitesse. C'est un chebec to-talement latin, dont la coque répond à tous les critères du type. Il porte en batterie cinq pièces d'artillerie bien visibles, et dispose de quelques pierriers sur la dunette. Les hamacs sont retenus le long du pavois comme sur tout navire de guerre; on distingue deux sabords de nage à chaque entre-sabord, et les rames sont toutes proches, saisies le long de la dunette. L'arrière est en cul de mounine et les dettes se déploient loin au-delà de la poupe.
Par René Burlet - Pour nous, gens de Méditerranée, l'histoire du chebec c'est aussi cel­le d'un mythe. Navire insaisissable, entre les mains expertes des corsaires chré­tiens tel Bavastro ou barbaresques, il surgissait, "razziait", et disparaissait. Si l'on ajoute que sa silhouette, aux an­tennes haut dressées et à la forte tontu­re est plaisante à l'œil, on comprendra mieux cet engouement qui le fit utiliser quelquefois bien loin de sa Méditerranée natale. Les Russes eurent des chebecs en mer Noire et en Baltique et les Néerlan­dais en construisirent dans leurs Indes lointaines. Chez nous, il apparaît au milieu du XVIIIe siècle dans la Marine du roi, cons­truit d'ailleurs par des maîtres de hache majorquins, car on ne connaissait rien de ce type de navire à Toulon. Ultérieure­ment, si la course l'employa beaucoup, la marine de guerre le délaissa un peu, et son service se limita à quelques unités. A vrai dire, c'est l'Espagne qui fut le paradis des chebecs et c'est à travers les travaux des chercheurs locaux qu'il convient d'aller le retrouver. Xavier Pastor, Ramon Sampol Isern, Bernat Mar­ch, Laureano Carbonell et bien d'autres encore décryptèrent de vieux documents et c'est grâce à eux que l'on en sait un peu plus.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée