« Iroise », un remorqueur au destin mouvementé

Revue N°289

remorqueur, Brest, Malbert, Iroise
Le 1er juin 1930, l’Iroise rentre à Brest avec l’Aghia Marina fortement gîté sur tribord en remorque. © L'Illustration/Sygma
par Jean-Paul Coquinot - Remorqueur de haute mer magnifié par un roman de Roger Vercel et un film de Jean Grémillon, l’Iroise a connu un destin hors du commun. Il l’a mené des bords de la mer Noire jusqu’aux rivages de la Palestine, en passant par la Bretagne où il s’est illustré sous le commandement du capitaine Malbert.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonnez à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée