Saint-Nazaire, naissance d’une ville maritime

Revue N°87

Dès 1822, une liaison par bateaux à vapeur est mise en place entre Nantes et Saint-Nazaire. Cette lithographie de Deroy a été réalisée à l'occasion de la visite de la duchesse de Berry en novembre 1832. A l'époque, le môle-abri est en construction et sa cale rendra plus aisé l'embarquement des passagers.
Par Gilles Millot - Bien située sous son promontoire rocheux à l'ouvert de la basse Loire, la petite bourgade de Saint-Nazaire n'est au début du 'axe siècle qu'une modeste station de pilotage à l'usage des navires qui fréquentent le port de Nantes. Mais cette situation géographique exceptionnelle allait lui réserver un destin unique. En quelques décennies, sous l'impulsion conjuguée de l'Etat, des ingénieurs, du monde industriel et financier — et notamment de la nouvelle Compagnie générale transatlantique--, Saint-Nazaire va devenir l'un des plus grands ports de l'Atlantique et un important centre de construction navale. C'est cette épopée de la fondation, qui se termine avec le second Empire, que l'auteur relate ici; cet article sera suivi d'une seconde étude sur le développement ultérieur de la construction navale nazairienne.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°327 Réservé aux abonnés

Nous, boat people

Par Laurent Charpentier - À partir de 1975, des centaines de milliers de vietnamiens tentent d’échapper à la dictature, à... Lire la suite