Notre-Dame d’Étel, la goélette oubliée

Revue N°319

Après la Seconde Guerre mondiale, Notre-Dame d’Étel sert de voilier d’instruction à l’École des manœuvriers de Brest.
Après la Seconde Guerre mondiale, Notre-Dame d’Étel sert de voilier d’instruction à l’École des manœuvriers de Brest. Le rituel du « tour de chouque » fait figure de baptême : les nouveaux équipiers sont tenus d’escalader les enfléchures au vent et de redescendre de l’autre bord, en passant par-dessus les chouques réunissant les bas-mâts aux mâts de flèche. © Archives Stephan

Par Râmine Ce fut un bateau pilote des bancs de Flandres et une goélette de pêche en Bretagne, Un yacht de luxe en Méditerranée et un patrouilleur de la Marine au Levant. Entrée au service des Forces navales françaises libres, elle revint à Brest comme navire de l’École des manœuvriers jusqu’en 1955… Aujourd’hui, tout le monde ou presque a oublié cette goélette, mais une longue enquête a permis de ressusciter son incroyable saga.

L’article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d’une iconographie enrichie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Nous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d’abonnement. S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°319 Réservé aux abonnés

BLUFF par David Fauquemberg

Quand il atteint Bluff Harbour, tout au Sud de la Nouvelle-Zélande et face à l’Antarctique, « le Français » – le lecteur... Lire la suite