Par Gait L. Berk , Août 1985. Près de 2 500000 personnes se pressent sur les quais d'Amsterdam, où sont réunis quelques 2000 bateaux anciens. Un chiffre d'autant plus stupéfiant qu'on y dénombre un bon millier de voiliers traditionnels locaux en parfait état! Ailleurs, à Rotterdam, Enkhuizen, Ketelhaven, une trentaine de musées maritimes de qualité se sont ouverts dans des ports historiques mis en valeurs sans artifice. Partout, le souci extrême de l'environnement. Aux Pays-Bas, il semble aller de soi que l'identité de chacun se préserve en ménageant cet assemblage complexe: histoire, tradition, milieu naturel et adaptation sans heurt au monde moderne. Plaisanciers, intellectuels passionnés, patrons de voiliers naviguant au charter, toutes origines et sensibilités réunies, témoignent d'une étonnante maturité et se rejoignent dans un patrimoine commun: une culture maritime authentique et forte. Gaït L. Berk, patron d'un punter, auteur de nombreux ouvrages sur les bateaux traditionnels, fondateur de la revue Spiegel der Zeilvaart (miroir de la voile), sœur aînée de notre Chasse-Marée, nous propose ici une réflexion sur le chemin parcouru depuis les derniers jours de la voile au travail dans son pays.