Le bagne de Toulon (1748-1873)

Revue N°137

Dans le Vieux-Port de Marseille, l'arsenal des galères en 1666, détail d'une toile attribuée à Jean-Baptiste de la Rose (conservée au musée de la CCI de Marseille-Provence). Le bâtiment à étages est le grand hôpital des forçats ; on en distingue certains sur le chantier, reconnaissables à leur bonnet.
Par Patrick Bertonèche - Viviers d'une main-d'œuvre de condamnés corvéables à merci pour les besoins des arsenaux, les bagnes, destinés à se substituer aux galères devenues obsolètes, ont été installés dans plusieurs ports de France dès le milieu du XVIIIe siècle. Détenant un triste record de longévité, l'établissement de Toulon ne sera supprimé qu'après la fin du second Empire, les besoins de la Marine ayant évolué et les forçats étant désormais envoyés purger leur peine en Guyane.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée