Joseph Bavastro : corsaire de l’empereur

Revue N°96

Combat rapproché entre un chebec français embossé et une frégate anglaise. L'action représentée par cette aquarelle d'Antoine Roux peinte en 1805 s'est vraisemblablement déroulée pendant le blocus de Gênes, et le chebec est peut-être celui de Bavastro. Une autre aquarelle du même artiste, égale-ment conservée au musée Masséna, à Nice, montre le navire britannique une fois pris, pavillon français flottant en tête du grand-mât.
Par Gérard A. Jaeger - Bien qu'il ait été à coup sûr le dernier vrai "condottiere" de la Méditerranée, Joseph Bavastro, en dépit de son audace légendaire, n'a pas connu la célébrité d'autres coureurs des mers tel Surcouf à qui on le compare parfois. Embarqué au cabotage à Nice, puis armateur à Gênes, ce marin d'exception se fera corsaire de l'Empire et restera de ce fait une gloire maritime de Nice, le port où il a passé l'essentiel de sa vie. Avec ce récit d'une existence aventureuse, pour ne pas dire épique, "Le Chasse-Marée" entreprend la publication d'une série d'articles sur les aspects souvent méconnus de la guerre de course : hommes, navires, tactiques, portée historique.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée