Voiles Latines à Stintino

Revue N°111

Par Mario Marzari - Tous ces bateaux à gréement latin sont réputés pour leurs qualités de marche, mais aussi pour leurs difficultés de ma­nœuvre. C'est d'ailleurs la raison pour la­ quelle la voile latine, qui était jusqu'à la fin du XVIIIe siècle le gréement le plus ré­pandu en Méditerranée, a peu à peu été remplacée par des voiles auriques, et no­tamment les voiles à corne. Pourtant, les pêcheurs de Stintino lui sont restés fi­dèles, et ils ont transmis le virus aux jeunes estivants qui ont navigué en leur compagnie. A leurs côtés, ces derniers ont appris les tours de main et les finesses permettant de tirer le meilleur par­ ti du gréement latin. Et ils ne s'en sont jamais remis ! Alors que les pêcheurs mo­torisaient leurs bateaux traditionnels ou les abandonnaient au profit d'unités plus modernes, les "plaisanciers" prenaient le relais en restaurant gozzi et lance, ou en en faisant construire des répliques.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°327 Réservé aux abonnés

Nous, boat people

Par Laurent Charpentier - À partir de 1975, des centaines de milliers de vietnamiens tentent d’échapper à la dictature, à... Lire la suite