Mary Rose, autopsie d’une nef anglaise

Revue N°271

La seule représentation contemporaine de la Mary Rose par Anthony Roll, qui a répertorié les navires de la Navy en 1514. Cette nef est à l’époque très innovante : elle est conçue pour la guerre, sa coque et son gréement résultant d’un compromis entre les cogues de la mer du Nord et les caraques et caravelles espagnoles ou portugaises. © Bridgemann Images

Par Erwan Chartier-Le-Floch - Depuis quelques mois, à Portsmouth, un musée futuriste sert d’écrin à la Mary Rose, une nef du début du xvie siècle dont l’épave engluée dans les vases du Solent a été mise au jour en 1982. Ce véritable trésor archéologique constitue un extraordinaire témoignage sur les marines européennes de la Renaissance.

L'article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d'une iconographie enrichie et d'encadrés supplémentaires.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonner à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée