Les pieds lourds : Les premières utilisations du scaphandre à casque

Revue N°13

Le métier de scaphandrier a presque disparu aujourd'hui, détrôné par le plongeur autonome. Quelques hommes ont conservé le matériel des anciens et l'utilisent pour le plaisir. L'auteur de cet article debout à gauche appartient à ce cercle de passionnés : les derniers Pieds Lourds.
Par Gilles Malot - Durant des décennies, le scaphandrier demeure un être étrange. Un mystère entoure ses activités. Avec son casque démesuré, sa démarche calculée et pesante, bardé de plomb, de cuivre et de tuyaux, il impressionne fort. Mais la curiosité est à son comble lorsqu'il quitte le monde des terriens pour disparaître, dans un bouillonnement, sous la surface des eaux. Dans cet article, Gilles Millot retrace les premiers pas du scaphandre lourd, avant d'évoquer les différentes utilisations d'une technique qui se généralise à la fin du XIXe siècle : renflouements, travaux portuaires, réparations sous-marines... C'est un vaste champ d'activité qui s'ouvre aux "pieds lourds." Dès les années 1880 la nouvelle profession fait partie intégrante de la vie des ports. Cette première présentation ouvre la voie à d'autres textes consacrés au monde des pieds lourds. Le Chasse-Marée reviendra sur ce beau sujet.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée