La vergue et les fers : les mutineries maritimes aux XVIIe et XVIIIe siècles

Revue N°13

en l'an II, à bord de la Carmagnole, sous le commandement du citoyen Hubert, une révolte éclate, fomentée par un second-maître. Après un corps-à-corps meurtrier, les officiers se rendent maîtres de l'équipage et justice immédiate est rendue par la pendaison de meneurs. Les grands bouleversements politiques atteignent naturellement la marine. Moins, toutefois, que l'armée de terre. Peut-être à cause du recrutement et de la spécificité du métier : l'on est marin, avant d'être militaire ou citoyen.
Par Alain Cabantous - La mutinerie constitue depuis deux siècles une source féconde d'inspiration. Poètes et écrivains d'Europe et d'Amérique, cinéastes puis auteurs de bandes dessinées n'ont cessé d'exploiter le thème et de nourrir le mythe. Fondée sur une attentive analyse des faits, l'étude d'Alain Cabantous a des accents iconoclastes. Les mutineries, finalement assez rares dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles, ne peuvent se réduire à un modèle trop simple et leurs causes restent multiples. Corsaires ou marchands, morutiers d'Islande ou des Bancs, le monde clos des navires offre pourtant à la révolte un terrain propice où les tensions sociales, les rivalités individuelles, l'alcool, la mauvaise nourriture, aggravaient la condition même des marins au long cours.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée