La renaissance de la bette

Revue N°77

Cette photographie de la grande bette martégale Gisèle, prise à Brest 92, met bien en évidence le fait que cette embarcation de construction simple est en réalité très délicate à mener, surtout en raison de sa voile latine dont le réglage doit s'effectuer à l'aide de quatre manoeuvres différentes.
Par Laurent Damonte - Comme on y côtoie les bateaux les plus somptueux du monde, en Méditerranée plus qu'ailleurs, la plaisance renvoie à l'image d'Epinal d'un loisir inaccessible au commun des mortels. Mais à côté des yachts de milliardaires, parfois réunis à l'occasion de régates comme la Nioulargue, il existe, et depuis longtemps, une autre plaisance populaire vraiment méridionale, tout aussi sportive et sans doute plus joyeuse. Indissociables du cabanon, de la bouillabaisse et du pastis, bref d'un certain art de vivre provençal, les bettes de régate, directement issues des embarcations de pêche locales, avaient peu à peu disparu des eaux marseillaises, jusqu'au jour où Laurent Damonte et ses amis ont décidé de leur redonner vie. Qu'on se le dise le Vieux-Port a retrouvé ses voiles latines !

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée