Dans les coulisses des enquêtes avec le BEA mer

Revue N°298

Naufrages, Naufrage Belle-Angèle, Naufrage Erika, prévention naufrage
En 1999 au large de la Bretagne, l’Erika se brise et sombre avec plus de 30 000 tonnes de fuel. L’enquête menée par le bea mer, tout juste créé, met en avant le mauvais état de la coque et aboutit à l’interdiction du transport de fioul lourd par des pétroliers à simple coque. © Stéphane Marc/ecpad/Défense
par Jean-Yves Béquignon - Les fortunes de mer ne sont pas une fatalité. Quand survient un accident, les membres du Bureau d’enquêtes sur les événements de mer (bea mer), reconstituent les faits, les analysent et émettent des recommandations pour éviter qu’ils ne se reproduisent. Du naufrage de l’Erika en 1999 au drame de La Belle Angèle en 2017, retour sur la création de cette entité et découverte du processus d’enquête. L’article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d’une iconographie enrichie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonnez à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°298 Réservé aux abonnés

Portfolio : Rêve de voiles

Par Gilles Martin-Raget - Après avoir navigué sur les grands monocoques de course et de croisière – il a notamment participé en... Lire la suite
N°298 Réservé aux abonnés

Journal d’un timonier

par NIKOS KAVVADIAS - Traduit du grec par Françoise Bienfait - Illustré par Gildas Flahault - Nikos Kavvadias embarqua à l’âge de dix-huit... Lire la suite