Yvon Le Corre : L’ivre de mer

Revue N°232

Détail d’une aquarelle, tirée des Outils de la passion, avec cette légende manuscrite : « Après douze jours de mer depuis Tréguier, Éliboubane en route pour le Cap-Vert vient reconnaître la pointe du Pargo, Madère. 25 août 1990. »

par Nathalie Couilloud - Yvon Le Corre se raconte magistralement à travers ses ouvrages. Dans son L’Ivre de mer, il conte la quintessence d’une vie qui s’écrit depuis l’enfance en lettres capitales, tonnantes et vivifiantes, laissant derrière elle un sillage lumineux. Comme si le marin dessinateur avait cherché à illustrer tout au long de sa longue route la maxime de Saint-Exupéry : « Il faut laisser son rêve dévorer la vie avant que la vie ne dévore son rêve ».

L’article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d’une iconographie enrichie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonner à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée