Quand les bateaux retrouvent leur âme

Revue N°88

Au début des années quatre-vingts, au large de Workum, sur la rive Nord-Est de l'Usselmeer, deux répliques de schouwen partent pour une marée de chalut en bœufs, destinée à procurer de la boétte aux concurrents. A bord du WK 6 de Winfried Janssen, on a déjà mis le sac du chalut à l'eau et l'on s'apprête à en passer l'aile sous le vent au schouw AD 1 de Aart Loomeyer, où elle sera reliée à sa fune. Pendant ce temps, un équipier prépare l'aussière qui reliera les étraves des deux bateaux pendant toute la durée du trait.
Par Ron de Vos - Qu'ils soient restaurés ou reconstruits, la vraie raison d'être des bateaux traditionnels est d'ordre culturel. Et quelles que soient les exigences des médias, des élus ou des administrations, ils doivent d'abord servir à retrouver, à faire vivre et à transmettre le précieux patrimoine des savoir-faire et des comportements hérités des marins de la voile au travail. A cet égard, les Hollandais, dont la flottille est très vivante ("Le Chasse-Marée" n°19), apparaissent comme de grands précurseurs. Peut-être ces journées de pêche, organisées depuis plus de vingt ans à Workum, nous inciteront-elles à réarmer nos bateaux pour les métiers qui étaient les leurs à l'occasion de rassemblements d'un type nouveau, les quelques initiatives françaises évoquées après cet article ne demandant qu'à se généraliser.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée