Port de Marseille, le rêve d’un grand dessein

Revue N°138

Sur près de neuf kilomètres. de l'Estaque au fort Saint-lean, les bassins et les installations du port autonome occupent tout l'espace littoral. Organes vitaux pour l'économie de Marseille mais aussi barrière érigée entre la ville et le large, ils sont de ce fait assez mal connus de la plupart des Marseillais.
Par Félix Aubry de la Noë - Riche de vingt-six siècles de commerce maritime, Marseille peut sembler promise à un bel avenir du fait de la mondialisation. Le premier port de France, dont Félix Aubry de la Noë observe l'évolution depuis vingt-cinq ans notamment pour « Le Provençal » , a subi une véritable révolution culturelle, qui a peu à peu transformé les professions maritimes, placées sous la pression d'une économie de marché toujours plus exigeante. Cette évolution et le changement des mentalités devraient permettre à la cité phocéenne d'avoir de réelles ambitions, même si l'abandon (provisoire?) de la liaison Rhin -Rhône contrarie ce grand dessein.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée