Jean Kerleau, charpentier de grève

Revue N°138

Jean Kerleau présentant un modèle de bocq demiponté, un type de bateau qu'il a bien connu et sur lequel il a souvent eu l'occasion de travailler au cours de sa carrière de charpentier de grève.
Par Bernard Cadoret et Gilles Millot - Jusqu'aux années cinquante, en Bretagne Nord, le métier de charpentier de grève représente une survivance d'un lointain passé. Il est pratiqué par des artisans du cru, souvent autodidactes et vivant de réparations et d'entretien, là où existe une flottille active, mais où aucun chantier naval n'est implanté. Parfois, il s'agit au contraire de compagnons itinérants qui se déplacent, caisse à outils sur l'épaule, le long de la côte, calfatant là un caboteur, construisant ailleurs un bateau avec l'aide d'un patron pêcheur qui les héberge pour la durée de l'opération. Jean Kerleau est l'un des derniers hommes de l'art à avoir exercé ce métier, essentiellement sur les grèves de L'Armor-Pleubian, dans le Trégor. Sa carrière est aussi le reflet d'un pan de l'histoire maritime de cette singulière presqu'île, où vie rurale, coupe du goémon, bornage et cabotage sont intimement mêlés, tissant tout un réseau d'usages et d'entraides qui en faisait naguère une communauté littorale très originale. Il a bien voulu nous confier ses souvenirs au cours de longues conversations devant ses vieux outils et ses chères maquettes.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée