Pen Duick, les sept vies de la mésange

Revue N°304

Pen Duick Tabarly, Pen Duick chantier du Guip, Travaux Pen Duick
En 1989, au terme de six années de travaux au chantier de Raymond Labbé, à Saint-Malo, Pen Duick est transfiguré. Si la coque n’a guère nécessité d’intervention, le pont et les superstructures ont été refaits, et le plan Fife a été doté de nouveaux emménagements, conçus et réalisés dans l’esprit de son veuvage. © Michel Thersiquel/coll.
par Sandrine Pierrefeu - Si certains bateaux ne « veulent pas flotter », d’autres ne veulent pas mourir. Après l’acharnement d’Éric Tabarly à conserver le plan Fife de son père, son épouse Jacqueline et sa fille Marie, avec l’aide de l’État, des collectivités territoriales et de centaines de donateurs privés, viennent de relancer la « mésange à tête noire » – c’est le sens de son nom breton – restaurée en grand. Chronique d’un chantier pas ordinaire. L’article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d’une iconographie enrichie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonner à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée