Ombres et lumières d’Irlande

Revue N°255

le Fastnet en 1995, dernière lumière du Vieux Continent avant la traversée vers le Nouveau Monde. La décision de construire ce phare – pour remplacer celui de Cape Clear trop souvent invisible – est prise à la suite du naufrage du paquebot américain Stephen Whitney près de Crookhaven en décembre 1847. Une première tour en fonte avec revêtement intérieur en brique est inaugurée en 1854. Elle est remplacée en 1903 par une tour évasée en granit de Cornouailles dont l’architecture fera école. Achevée en 1904 après cinq ans de travaux, elle mesure 54 mètres de hauteur, ce qui en fait le phare le plus haut du pays. © John Eagle

Par Vincent Guigueno - Les phares d’Irlande vus à travers le prisme de l’Histoire de cette ancienne colonie anglaise, toujours divisée par une frontière incongrue au regard d’un service des feux unique qui travaille indifféremment au Nord et au Sud de l’île. L’occasion d’étonnantes rencontres, avec un photographe en mal de reconnaissance, un ancien gardien du Fastnet, ou encore un ingénieur dépositaire de précieuses archives.

L'article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d'une iconographie enrichie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonner à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée