Michel Pacha les feux du levant

Revue N°327

Phare, Stella Maeisq, Haïfa, Palestine, Couvent des Carmes
Photo du phare de Stella Maris, prise à la fin du XIXe siècle. Allumé en 1864 pour guider les navires entrant dans le port d’Haïfa, en Palestine, ce feu surplombe le couvent des Carmes, qui lui a donné son nom. © École biblique/Notre-Dame de France
Par Nathalie Couilloud - Son extraordinaire destin s’est forgé sur le pont des paquebots-poste, dans les salons feutrés des grands bourgeois parisiens, sur les quais de Constantinople et dans les soirées mondaines d’un château mauresque à La Seyne-sur-Mer… Marius Michel (1819-1907), qui embarqua comme mousse à quinze ans sous les ordres de son père, fut élevé au rang d’amiral et pacha de l’empire ottoman, dont il fut le grand bâtisseur de phares, avant de régner sur les Tamaris, un petit empire balnéaire créé de toutes pièces dans le var…

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°327 Réservé aux abonnés

Nous, boat people

Par Laurent Charpentier - À partir de 1975, des centaines de milliers de vietnamiens tentent d’échapper à la dictature, à... Lire la suite