Marseille au soir de la voile

Revue N°78

Au premier plan, un brick-goélette; derrière, un entrelacs de mâts et de vergues. Le Vieux-Port est encore en 1913 bien proche de la description qu'en faisait Alphonse Daudet soixante ans plus tôt.
D'après les souvenirs de Laurent Damonte - Quand Alphonse Daudet décrit le port de Marseille et son fouillis de mâts et de vergues à l'apogée de la voile, on a conscience d'être dans le domaine de l'Histoire. Mais lorsque Laurent Damonte, notre contemporain, nous parle des tartanes, des navicelli et autres bricks- goélettes de son enfance, on serait presque tenté de crier à la supercherie. C'est pourtant pure vérité : jusqu'aux années quarante, alors que les grands voiliers avaient déjà disparu, la cité phocéenne accueillait encore régulièrement de nombreux caboteurs à voiles. Il nous en reste aujourd'hui ces souvenirs hauts en couleur et très précis.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée