Par Étienne Rogier - Le libron, un petit fleuve côtier aux brusques sautes d’humeur, posa bien des soucis aux messieurs chargés de veiller à la libre navigation sur le canal du Midi. Un ouvrage pour le moins original finit par voir le jour en 1858 à l’initiative de Loysel, un ingénieur qui ne l’était pas moins. Classé par l’UNESCO, au même titre que le canal lui-même, grand œuvre de Pierre-Paul Riquet, il est toujours en service à Vias, près d’agde.

L’article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d’une iconographie enrichie