Les quatre saisons des pite-mouffe : les petits métiers de l’Estaque

Revue N°55

A bord de leurs bettes respectives, Guevara et Ange Raynaud, dit la Moque, en pleine activité.
Par Laurent Damonte - Farfouilleurs de trous, racleurs de cailloux, braconniers de bassins, le littoral a toujours inspiré mille combines à ceux qui essaient d'en tirer leur subsistance. Si les rivages soumis aux marées font la joie des arpenteurs d'estran, en Méditerranée, ces génies de la débrouille exercent leurs talents les pieds dans l'eau, ou depuis les quais, à moins qu'ils ne possèdent une bette. Laurent Damonte qui les connaît bien nous explique pourquoi, à l'Estaque, on les appelle familièrement pite-mouffe et nous révèle quelques-uns de leurs secrets. Rédigé comme un recueil de souvenirs, ce texte à forte saveur provençale semble évoquer un passé révolu. Pourtant, les pite-mouffe sont toujours à l'affût dans le port de l'Estaque où Michel Thersiquel les a rencontrés.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°327 Réservé aux abonnés

Nous, boat people

Par Laurent Charpentier - À partir de 1975, des centaines de milliers de vietnamiens tentent d’échapper à la dictature, à... Lire la suite