Le flottage du bois

Revue N°256

Vue d'une arcade du pont au Change, de Nicolas Pérignon (1726-1782). Au XVIIIe siècle, la population de Paris explose sous l'afflux des provinciaux et la consommation de bois à bruler atteint un million et demi de stères par an. Le flottage permet d'acheminer ce combustible en grandes quantités et à moindre coût.
Vue d'une arcade du pont au Change, de Nicolas Pérignon (1726-1782). Au XVIIIe siècle, la population de Paris explose sous l'afflux des provinciaux et la consommation de bois à bruler atteint un million et demi de stères par an. Le flottage permet d'acheminer ce combustible en grandes quantités et à moindre coût. © BNF
par Bernard Le Sueur - Jusqu’à la révolution industrielle, le flottage a joué un rôle essentiel dans une économie traditionnelle consommant de grandes quantités de bois. Après avoir mobilisé partout les rivières, les fleuves et les canaux, cette activité a totalement disparu, avant de renaître aujourd’hui sous l’impulsion d’associations soucieuses de conserver et de valoriser cet élément important du patrimoine fluvial. L'article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d'une iconographie enrichie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonner à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée