L’aviron en mer, un avenir ?

Revue N°1

Essais à la mer de la reconstitution du Faeritg découvert dans la sépulture viking de Gokstad. Au banc arrière notre ami Eric Mac Kee, responsable du programme. Le « Chasse-Marée » reviendra en détails sur cette passionnante expérience. Document reproduit avec l'aimable autorisation du Plymouth Collège of Art et du National Maritime Museum. Régates à la voile et courses à l'aviron étaient autrefois fort populaires lors de toutes les fêtes locales. Ici les « sautriers » de Cayeux régatent entre eux, tandis que les grandes annexes à clins des chalutiers s'affrontent aux avirons : cette épreuve n'est pas la moins appréciée du public.
La récente et fantastique performance de Gérard d'Aboville, le vaste mouve­ment d'intérêt qu'elle a suscité, permettent de se poser cette question : Existe t­ il un avenir pour l'aviron en mer, pour cet outil si simple et si naturel, instru­ment du contact le plus direct avec le milieu ? Avant d'apporter quelques éléments de réponse , il n'est pas inutile de tenter un bref retour dans le passé ; un passé proche encore, où voile et avirons consti­tuaient les seuls moyens de propulsion disponibles, et se complétaient mutuel­lement. Ensuite, forts de ces enseigne­ments, nous envisagerons les conditions d'une renaissance de l'aviron en mer.

L'aviron d'hier : un outil de travail

L'utilisation du moteur humain, sous une forme d'abord primitive, avec la pagaie, puis plus élaborée grâce à l'invention de l'aviron, est inséparable de l'origine même de la navigation. Le développement ultérieur de la voile comme principal moyen de propulsion en eaux ouvertes ne provoquera d'ail­ leurs aucune désaffection pour l'aviron ; celui-ci garde toute son importance pour les bateaux de tonnage et de fonctions variées, jusqu'au Moyen-Age dans les mers du Ponant, et beaucoup plus tard en Méditerranée. Non seulement l'avi­ron se substitue à la voile dès que la brise manque, mais il faut prendre la relève par vent contraire, évitant dans certains cas les contraintes du louvoyage. L'archi­tecture des coques et la conception des gréements de l'époque ne favorisaient guère la remontée au vent ; mais on ne doit pas ignorer l'importance d'autres facteurs bien oubliés .: nécessité de péné­trer à l'intérieur des terres en remontant fleuves et rivières, d'échouer les bateaux sur les grèves pour faciliter les débarque­ments, voire de recourir au « portage» pour franchir un haut-fond ou gagner une autre voie d'eau. Le bateau viking sous ses différentes formes est l'illustra­tion d'un heureux compromis entre des exigences bien contradictoires. A l'époque moderne, la multiplica­tion des ports en eau profonde déter­mine une augmentation des tonnages qui élimine l'aviron des navires de com­merce. Mais celui-ci reste indispensable dans de nombreux secteurs jusqu'à l'apparition des moteurs à combustion interne. Certaines activités maritimes présen­tent des contraintes telles que la vitesse y constitue l'élément essentiel. Ce sont en général des embarcations conçues pour l'aviron qui s'y adaptent le mieux. Par petit temps, ce mode de propulsion con­fère une évidente supériorité à ces bateaux fins et légers. Par bonne brise, leurs formes leur assurent une excellente marche à la voile aux allures portantes ; vent debout, leur puissant moteur humain allié à un faible fardage leur permet de « piquer dans le vent » et de se maintenir hors de portée des meilleurs louvoyeurs. Pilotage , sauvetage, service de rade, chasse à la baleine, contrebande, guerre, sont autant de fonctions qui ont engen­dré des types d'embarcations longues, de largeur et de creux modérés, de for­ mes tendues , de construction légère et donc très soignée, armant un nombre élevé d' avirons. C'est le cas, par exem­ple, des « gigs » des Scilly, à six avirons et barreur, qui atteignaient avec un équipage moyen la vitesse de 8 nœuds. Aux allures portantes, deux voiles étaient établies et il n'était pas rare de filer 12 nœuds . Longs de 8,50 m à 9,50 m, larges de 1,50 m à 2 m, ces bateaux disputent encore aujourd'hui des régates passionnantes. Voici une dizaine d'années, un équipage de jeunes marins des Scilly ralliait Roscoff à l' avi­ron, renouvelant ainsi, pour le plaisir du geste, les exploits quotidiens des anciens «smugglers », au temps de la contre­ bande du tabac et de l'alcool. [caption id="attachment_26222" align="aligncenter" width="600"] Une magnifique pinasse de mer de Cap-Breton se prépare à appareiller pour la pêche aux filets de fond. Remarquer l'aviron de gouverne latéral capelé sur un tolet à babord, le gréement démonté avec la drôme rassemblée à tribord, les mâts à l'avant et à l'arrière, le rouleau à filets à babord avant, les longs avirons armés semble-t-il en couple au centre du bateau et en pointe à l'avant. Un homme assure son tolet à coups de marteau.[/caption] [caption id="attachment_26223" align="aligncenter" width="600"] Sur la trainière cantabrique (Vigo) le rapport longueur-largeur est encore plus faible. Le moyen de propulsion principal est incontestablement l'aviron. On est encore très proche des caractéristiques dictées par la pêche à la baleine.[/caption] Dotés d'une stabilité limitée et man­quant de capacité de charge, ces types d'embarcations s'avéraient mal adaptés à un usage plus général. Aussi la majo­rité des bateaux de pêche européens ont­ ils fait appel à la voile, notamment pour remonter au vent ; l'aviron reste alors un mode de propulsion complémentaire utilisé par faible brise, ainsi que l'outil indispensable à la pratique de certaines pêches (au filet maillant par exemple). [caption id="attachment_26225" align="aligncenter" width="600"] Plan de formes et de constructions d'une gallery » de Douvres. Ces grands bateaux de plage équipés par des « compagnies » toujours sur le qui-vive étaient spécialisés dans le sauvetage et l'assistance aux navires en danger dans le détroit du Pas-de-Calais.[/caption] [caption id="attachment_26227" align="aligncenter" width="600"] Plan de formes d'un canot lamaneur de Dunkerque vers 1900, d'après G. Soé.[/caption] Il n'en a pas moins existé, sur tout le littoral, un grand nombre de barques de pêche marquées dans leur morphologie par l'usage fréquent de l'aviron (bateaux d'estuaire, bateaux pêchant à la senne, qui sont limités dans leur tirant d'eau pour pouvoir aborder les plages, et nécessitant une grande mobilité, comme le Kerhor de la Rade de Brest, ou le canot saumonnier de la Laita). En Méditerranée, c'est même la quasi-totalité des embarcations de pêche côtière qui répondait à cette exigence. Plus les bateaux étaient petits, plus, d'une manière générale, la voile perdait de son importance au bénéfice de l'aviron ; qu'il s'agisse de pêche, bien souvent pratiquée à partir d'une grève, de service (liaison avec la terre et remorquage par calme de navires parfois importants), de bornage (transport à courte distance) ou du passage des hommes et des marchandises d'une terre à l'autre... Moyen de propulsion économique par excellence, l'aviron a souvent constitué le seul outil accessible aux plus démunis, au sein de sociétés littorales où la pauvreté était parfois de règle. Aujourd'hui encore, les bateaux à avirons les plus simples, tels les plates, soin relativement nombreux. Ce sont les derniers bateaux traditionnels non motorisés construits dans nos régions, et si l'introduction du moteur hors-bord a favorisé la longévité du type, il n'est heureusement pas rare de voir quelques plates allant mouiller un filet à l'aviron. [caption id="attachment_26249" align="aligncenter" width="600"] Plan de formes d'un ca not de la Lifta récemment sauvée par l'association Ar Vag. Ces bateaux pratiquaient la pêche du saumon à la senne en estuaire et en rivière et devaient présenter de sérieuses qualités manœuvrières à l'aviron. Le Jean-Lue, construit en 1925, était le plus rapide de tous puisqu'il a toujours gagné les régates qu'il a disputées (voir Ar Vag, tome III, en préparation aux Éditions de l'Esuan).[/caption] [caption id="attachment_26251" align="aligncenter" width="600"] Biarritz, au début du siècle : une grande régate de trainières basques à l'aviron. Ces bateaux longs et fins sont montés par des équipages de 12 hommes et d'un barreur.[/caption]

L'aviron de plaisance

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, l'aviron n'a pas toujours été dédaigné de ceux qui vont sur mer pour leur plaisir. Les premières régates dispu­tées en France vers 1840 avaient pour principale attraction les courses de yoles de mer où s'affrontaient par tous les temps Havrais, Parisiens et Britanni­ques. La tradition de ces joutes amicales a subsisté dans beaucoup de ports du lit­toral. La plaisance elle-même n'a pas toujours dédaigné l'aviron, et la jolie dans un esprit de recherche archéologi­que, pour témoigner d'une culture ou simplement pour sa beauté propre. Comme par le passé, nous pouvons refaire de l'aviron l'allié de la voile, et pratiquer ce que François Beaudouin appelle la randonnée nautique. Prati­quer la croisière côtière et remonter les rivières, gréer une tente sur le bateau pour la nuit, voilà une occasion de réuti­liser des gréements « anciens » , vite dégréés pour passer sous un pont ou petite annexe à clins ou même en bois moulé faisait encore l'ornement de bien des yachts de construction classique voici quelques dix ans. Que reste-t-il de tout cela ? Bien peu de choses. L'aviron sportif, dans sa recherche exclusive de la performance, a engendré des embarcations coûteuses et trop sophistiquées qui sont le plus sou­ vent incapables de s'aventurer en mer. Un plaisancier tirant sur les avirons fait désormais figure ·d'original dans les ports. Pourtant, traversant seul l' Atlan­ tique « à bout de bras >, un homme vient de nous montrer qu'un avenir existe pour l'aviron de mer. Quel est-il ?

L'aviron de demain

D'abord il y a la régate. Gérard d'Aboville voudrait ainsi promouvoir l'aviron de compétition en mer. Les bateaux seraient à six avirons et un barreur, munis d'un gréement, par exemple deux voiles au tiers, pour les allures de portant. Pour que l'aviron reste le mode de propulsion principal, les dérives et ailerons seraient interdits, et le gréement devrait pouvoir se démonter complètement à l'intérieur de l'embarcation. Pour assurer aux bateaux un minimum de qualités marines, les dames de nage seraient placées dans le plat-bord, les outriggers étant exclus. On imagine à quel point des régates sur un parcours choisi - on a parlé du tour de l'île d'Ouessant - seraient spectaculaires, exigeant autant de force physique, d'endurance et de dextérité à manœu­vrer une voilure de ce type que d'esprit de décision quant à la tactique à adopter (voile ou aviron par exemple.) Les bateaux seraient armés par des clubs qui prépareraient leur équipe en vue du championnat national annuel. Mais il existe aussi une place pour des régates plus modestes et plus « convivia­les » , telles celles qui, aujourd'hui encore, rassemblent plates ou canots à l'occasion d'un pardon ou d' une fête locale. Là ce sont plutôt des embarcations à deux hommes, armant deux avi­rons, qui conviennent (en mer, il est pré­férable de n'avoir qu'un aviron par homme). De tels bateaux, longs d'envi­ron 5 m, pourraient être facilement remorqués derrière une voiture pour aller courir à tel endroit ou, plus simple­ ment, aller explorer quelques rias pour le seul plaisir de communiquer avec une nature belle et silencieuse. Ces bateaux pourraient être l'objet de construction en série, régionale ou natio­nale. Ils seraient assez simples à construire par des amateurs, en bois moulé ou en contre-plaqué à bouchain multi­ple. Ils pourraient être des répliques de bateaux anciens, si nombreux et si divers, ou des créations originales (série à restrictions). La reconstruction d'une telle embarcation d'aussi petite taille est une entreprise réaliste, qu'elle soit faite remonter contre le vent en tirant sur le bois mort. Enfin, pour tous ceux qui préfèrent l'agrément d'une coque plus grande offrant un abri moins précaire, pour les plaisanciers qui en ont assez de manœuvrer au moteur, de suer dans un pneumatique aux formes si mal profi­lées, n'y a-t-il pas de nouveaux bateaux à concevoir, où 1'on pourrait efficacement nager ou godiller, n'est-il pas aussi sim­ple de remorquer un canot et de s'offrir la joie de quelques petites excursions nautiques aux escales ? L'usage du moteur hors-bord, si bruyant et malodo­rant, est-il toujours indispensable pour gagner le quai en annexe ? Voilà donc terminé ce petit tour d'horizon, dans le passé et dans l' avenir. Tout reste à faire maintenant, dessiner, construire, et naviguer. Ce ne sont pas les galères qui sont proposées, mais seu­lement un plaisir différent, fait de sim­plicité et de honneur d'être sur la mer. La revue « Le Chasse-marée » et l'asso­ciation « Ar Vag » ont l'intention de · proposer un cahier des charges pour plu­ sieurs types de bateaux, et d'organiser un concours de plans. (A suivre !).

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°327 Réservé aux abonnés

Nous, boat people

Par Laurent Charpentier - À partir de 1975, des centaines de milliers de vietnamiens tentent d’échapper à la dictature, à... Lire la suite