L’Everest du charpentier, un étambot pour la « Belle Poule »

Revue N°287

vieux gréement la belle poule
Le 6 avril, la Belle Poule appareille pour ses premiers bords depuis près de six mois. Ce jour-là, charpentiers et marins se retrouvent à bord… et à la manœuvre. © Jean-Yves Béquignon

par Jean-Yves Béquignon

En novembre dernier, la Belle Poule, l’une des deux goélettes de la Marine nationale lancées en 1932, entrait en cale sèche à Brest pour une réparation inédite de mémoire de charpentier : le remplacement de son étambot. Au terme de quatre mois de chantier et huit mille heures de travail assurées par le Guip, le voilier a pu reprendre du service au printemps.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonnez à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°287 Réservé aux abonnés

Capitaines courageux

Rudyard Kipling traduit par Louis Fabulet et Ch. Fountaine-Walker Illustré par Râmine Ce roman publié en 1897 conte l’aventure d’Harvey, un... Lire la suite