Dans le sillage d’Edward John Trelawny

Revue N°253

Tableau de la bataille de Trafalgar
Scène de la bataille de Trafalgar, 1836. Huile sur toile d’Auguste Étienne François Mayer (1805-1890). Ce tableau fait partie d’un ensemble de six toiles ayant pour sujet le combat glorieux du Bucentaure contre cinq vaisseaux anglais. Au premier plan, le navire amiral français, démâté et complètement désemparé après deux heures de combat, lutte encore contre trois vaisseaux anglais. Au second plan, à droite, le Redoutable est aux prises avec le Victory et le Téméraire. © RMN-Grand Palais/agence Bulloz

Par Isabelle Guillaume - « La plus romantique des figures romantiques, orgueilleuse, téméraire au plus haut point, indomptable, passionnée, avec une soif inextinguible de liberté », écrivait à son sujet l’éditeur Edward Garnett. Aspirant dans la Royal Navy à l’époque de Trafalgar, témoin des derniers jours de Shelley et de Byron, combattant pour la cause grecque, Trelawny (1792-1881) s’inventa aussi une vie de corsaire au service de la France.

L'article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d'une iconographie enrichie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonner à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée