Amerami, sauver et partager

Revue N°309

Dans le hangar loué 
par l’association, à Caen, sont hébergés 
plus d’une vingtaine de bateaux 
qui ne naviguent pas encore, comme ce canot-yole des années 1850. © coll. Amerami 

par Jean-Yves Béquignon - Créée en 1975, l’association qui allait devenir Amerami possède une collection de quatre-vingt-cinq bateaux, du sous-marin à la yole d’aviron ou au gommier martiniquais. En les confiant à des exploitants, elle permet d’en faire naviguer une quarantaine qui, sans son intervention, auraient sans doute disparu. Selon les règles d’Amerami, ces unités doivent « témoigner de leur époque » et « donner envie de faire bon usage de la mer ». Elles y parviennent, assurément.

L’article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d’une iconographie enrichie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonner à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée