Un baliseur au travail : une mission à bord du Georges de Joly

Revue N°12

Ravitaillement en propane de la bouée lumineuse Charles Martel, à l'ouvert du goulet de la rade de Brest. Le gazier est à son poste dans la corbeille.

Pour tous ceux qui naviguent, les phares et les balises font partie intégrante du paysage marin. De Dunkerque à Menton, plus de 2 000 ouvrages marquent une roche, ouvrent un chenal, avertissent de l'approche d'une côte ou d'un haut fond. Pour des raisons de sécurité évidentes, cette signalisation minutieuse doit être entretenue, modifiée, ravitaillée sans relâche. Basé à Brest, le navire baliseur Georges de Joly gère près de 700 km de côte. Chaque fois que le temps le permet, il appareille et fait route vers son immense champ de bouées, qui s'étend du Sud Finistère au Cotentin. En embarquant à bord, en décrivant les techniques de manœuvre d'un équipage, le Chasse-Marée a voulu montrer en profondeur la réalité de ce métier authentiquement marin.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée