Peking, mémoires d’un seigneur (1)

Revue N°315

Peking
À l’ouvert de la Manche, deux mondes 
se croisent, celui finissant de la marine à voile incarné par le Peking, photographié ici 
tout dessus, et celui en pleine expansion 
de la vapeur, cette fantastique énergie qui permet de faire route face au vent… © Stiftung Hamburg Maritim

Par Sandrine Pierrefeu - L’un des derniers quatre-mâts barques cap-horniers de la compagnie Laeisz, les prestigieux « Flying P. Liners », vient d’être sauvé de la démolition et rapatrié à Hambourg, où il avait été construit en 1911. Au terme de sa restauration, le Peking ne naviguera plus, mais le grand voilier aura retrouvé l’allure de sa jeunesse. Retour sur l’histoire de ce seigneur cap-hornier.

L’article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d’une iconographie enrichie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonner à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée