Paul-Émile Pajot par lui-même

Revue N°281

Paul-émile pajot peintre pêcheurs
portrait commandé par Charles Rocheteau, patron de la barque Jeune Paulette, suite à une tempête essuyée le 9 mars 1927. Par chance, « elle put, sa grand-voile en lambeaux, rentrer au port dans une mer d’écume ». © musée de l’abbaye Saint-Croix, Les Sables-d’Olonne

par Xavier Mével - Avant d’être peintre, Paul-Émile Pajot (1873-1929) est pêcheur, comme son père – disparu en mer alors qu’il n’a que sept ans – et comme ses fils. S’il dessine des bateaux, c’est pour fausser compagnie à Dame Misère, ce dont témoigne son Journal récemment édité dans son intégralité par Alain Gérard. Cette chronique d’une vie besogneuse à la Chaume est le terreau où cet article puise sa sève.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée