Naufrages et pillages en Léon au XVIIIe siècle

Revue N°221

scène de naufrage, huile sur toile de Philippe Tanneur 1950.

par Jean-Pierre Hirrien - La côte déchiquetée du Nord Finistère, l'absence de signalisation et la navigation à l'estime ont longtemps favorisé les naufrages, perçus comme une manne divine par les riverains, volontiers pilleurs d'épaves avant que l'Administration n'organise la gestion des bris. D'où la réputation - d'ailleurs usurpée - de naufrageurs faite aux Léonards et singulièrement aux farouches habitants du pays Pagan.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Nous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d’abonnement. S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°319 Réservé aux abonnés

BLUFF par David Fauquemberg

Quand il atteint Bluff Harbour, tout au Sud de la Nouvelle-Zélande et face à l’Antarctique, « le Français » – le lecteur... Lire la suite