Revue N°136

Chasse-Marée

Sommaire de la revue parue en septembre 2000 :

  • BREST/DOUARNENEZ 2000 : UN GRAND CRU 
    Le compte rendu et les plus belles photographies d’un événement qui restera comme la fête maritime du millénaire. Soucieux d’éviter les dérives de l’édition 1996, les ports de Brest et Douarnenez – réunis de fait par la “grande caravane” des bateaux – ont offert, chacun à sa manière, un florilège d’émotions, tant sur l’eau que sur les quais.

 

  • SEDOV : DU QUATRE-MÄTS BARQE ALLEMAND AU NAVIRE-ECOLE
    Herbert Karting a reconstitué la carrière de cet ancien long-courrier allemand, lancé à Kiel en 1921 sous le nom de Magdalene Vinnen, rebaptisé Kommodore Johnsen en 1936 et cédé à l’URSS au lendemain de la guerre. Michel Philippe et Sandrine Pierrefeu ont embarqué à bord de ce géant pour une tempétueuse traversée entre Douarnenez et Calais.

 

  • ERIC TABARLY ET LE PATRIMOINE MARITIME 
    Ami du navigateur, Daniel Gilles brosse de lui un portrait chaleureux mettant en évidence l’intérêt qu’il a toujours manifesté pour la culture et la tradition maritimes. En témoignent son attachement pour son premier Pen Duick, son souci de la belle manœuvre et le soutien actif qu’il n’a cessé d’apporter à ceux qui voulaient perpétuer la mémoire des gens de mer.

 

  • SANT EFFLAM : LE PELERINAGE CELTIQUE D’UN BATEAU DE CUIR
    Relier l’Ecosse à la Bretagne en contournant l’Irlande par l’Ouest à bord d’un grand curragh en peau, cela s’apparente fort à un exploit. La quête de ces Bretons était pourtant plus spirituelle que médiatique, même si le récit qu’ils nous font de ce périple dans le sillage des moines navigateurs tiendra en haleine tous les amateurs d’aventures marines.

 

  • LA RESTAURATION DU 12 M JY VANITY V
    A yacht de prestige, restauration d’exception. Une vingtaine de compagnons du chantier du Guip, à Brest, ont donné le meilleur de leur talent pour refaire à l’identique cette pièce de collection. Lancé par William Fife en 1936, Vanity V n’était pas un grand champion, mais les spécialistes le considèrent comme le plus élégant 12 m JI de son temps.