Les vaquelottes du Cotentin

Revue N°63

Peut-on imaginer bateau plus normand que la vaquelotte ? Gréement au tiers de bourcet-malet, fière moustache jaune typique de la région... Comme tous ces petits canots ouverts, le Narvik, qui fut pourtant un pur voilier de travail, s'avère aujourd'hui un excellent bateau de promenade familial.
Par François Pochon avec la collaboration de Georges Annoot, Alain Perrine et Raymond Legoupil - Rares sont les familles de bateaux traditionnels qui peuvent se vanter de compter autant de rescapés. Avec ses cent soixante vaquelottes, le Cotentin témoigne d'une richesse que l'on était loin de soupçonner voici seulement une dizaine d'années. A l'instar des canots à misaine de Cornouaille, des sinagos du Morbihan, des sloups coquilliers de la rade de Brest ou des barques catalanes, les vaquelottes ont stimulé l'enthousiasme d'une nouvelle génération de propriétaires qui se sont efforcés de restaurer et de regréer au mieux ces vieux bateaux de travail. Comme en bien d'autres régions, le concours "Bateaux des côtes de France" a démultiplié cet élan et suscité de nouvelles initiatives. Voici l'histoire de quatre vaquelottes remises en état dans le cadre de cette opération; quatre aventures qui montrent le sérieux et la passion de ceux qui les ont vécues et témoignent d'un mouvement culturel bien enraciné, et à l'avenir prometteur.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée