Les pilotes de Dunkerque

Revue N°10

La vie quotidienne d'un pilote : Guy Sockeel (casquette, insigne du pilotage sur la poitrine) vient de servir le porte-conteneur Patricia Delmas qu'il quitte à la bouée du Dyck, à 13 milles dans l'ouest du nouveau port de Dunkerque. Le canot vient de le récupérer et va regagner la Corvette qui croise en permanence à proximité. Noter le puissant arceau d'acier en guise de main courante, indispensable par mauvais temps.
Par Serge Lucas - Creusé dans les dunes de Flandres, le port de Dunkerque a tiré parti des bancs qui bordent sa côte : en cassant la mer, ils ménagent une rade très sûre. Dans l'univers de brume, de courants et de vent de la mer du Nord, les 27 bancs de sable dur — Break, Snouw, Saint Pol, Mardick... — s'ordonnent en passes et chenaux où évoluent quotidiennement les supertankers et les minéraliers qui desservent les aciéries Usinor. Disponibles jour et nuit, à terre ou à bord d'une Corvette qui croise au large, les pilotes de Dunkerque les guident jusqu'au quai. Sept années leur sont nécessaires pour accéder au droit de servir les navires de tous tonnages. Avant cette période probatoire, qui n'est pas sans rappeler le compagnonnage, chaque pilote a commandé au long cours. Ses voyages désormais se réduisent à quelques milles, éprouvants et décisif.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée