Les cônes de la grande digue de Cherbourg : un défi technique et maritime au XVIIIe siècle.

Revue N°56

Sur la plage de Chantereyne, plusieurs cônes de la future digue du large sont en construction, à des stades différents d'avancement. La scène ci-dessus, due à Moreau le Jeune, représente le chantier au moment de la visite effectuée par le Roi Louis XVI en juin 1786.
Par Muriel Thoin - "A la considérer dans son ensemble, l'entreprise est prodigieuse... Quand ce grand peuple entreprend des travaux d'importance capitale, réellement favorisés par l'État, on trouve un génie inventif pour en dresser le plan et des ingénieurs d'un mérite supérieur pour l'exécuter..." C'est en ces termes qu'Arthur Young, le célèbre agronome anglais, évoquait en 1788, la construction de la grande digue de Cherbourg. Un tel éloge récompensait le projet entrepris à la fin du XVIIIe siècle par l'ingénieur Louis Alexandre de Cessart, pour faire du port normand un des abris les plus sûrs qui soient. Dans sa réalisation, cette œuvre ambitieuse s'avéra une grandiose aventure technique et humaine, qui s'acheva malheureusement moins bien qu'elle n'avait commencé.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée