Les bateaux à livarde de Provence

Revue N°187

Mouillée dans le port de Sainte-Maxime, la Marie fait partie des quelques grands batèus gréant deux livardes. Sur celle de trinquet, que l'on a mise à sécher, on voit bien l'oste frappée au quart supérieur de la ralingue du haut, ainsi que la drisse passant en tête de mât et dans le pavois.
Par Bernard Vigne - Poursuivant le poisson bleu dans les eaux françaises de la Méditerranée, nombre de pêcheurs ligures se sont fixés sur nos côtes. C'est ainsi que leurs « gozzi » à livarde ont colonisé les plages de Saint-Tropez, du Lavandou ou de Sainte-Maxime. Ces bateaux, différents des pointus provençaux et des barques languedociennes, étaient surtout propulsés à la rame, mais pour rallier leurs zones de pêche, les Génois profitaient des vents favorables en établissant la « vela a tarchia ».

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée