Le Drôle, éloge de la simplicité

Revue N°266

En raison des conditions musclées de notre essai à Angoulins (Charente-Maritime), Philippe Saint-Arroman (ci-dessus) a pris trois « tours de mât » pour diminuer la surface de voile. © Christophe Breschi

Par Sandrine Pierrefeu - Le dernier-né des canots voile-aviron signés Philippe Saint-Arroman pèse 70 kilos seulement et se construit en quelques heures dans un garage. Inspiré des dériveurs légers – l’esthétique du bois en plus –, il peut être chargé par un homme seul sur le toit d’une voiture et se met à l’eau facilement. Il en faut peu… pour être heureux.

L'article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d'une iconographie enrichie et d'encadrés supplémentaires.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonner à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée