La mer et le cinéma : Des toiles peintes aux superproductions

Revue N°23

Par Jean-Pierre Berthomé - La mer offre au cinéma une gamme infinie de décors : eau noire et gluante des docks, calme bucolique des criques sableuses, tragique des tempêtes du grand large — fussent-elles tournées en bassins de studios, à grand renfort de ventilateurs. Pourtant, les cinéastes ont hésité longtemps à s'aventurer en mer. Il faut attendre la fin de la première guerre mondiale pour que l'industrie cinématographique naissante leur offre des moyens techniques et financiers à la mesure de leurs ambitions. Le pire côtoiera le meilleur. On verra d'impossibles vaisseaux filer 10 nœuds voiles battantes, et aussi des images superbes. Peut-on, dé s lors, distinguer deux types majeurs : d'un côté la fiction, de l'autre le documentaire qui conserve à jamais les images vraies des gens de mer ? En fait, les grands films naissent souvent d'une double exigence — émotion et vraisemblance — comblant à la fois le marin et le cinéphile. Les rapports entre la mer et le cinéma n'avaient pas été étudiés jusqu'à ce jour. Ecrivain et critique à la revue Positif, Jean-Pierre Berthomé retrace dans cette première partie l'évolution du genre. Un second volet évoquera les conditions de tournage très particulières des scènes maritimes à travers des exemples précis.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée