Attinage, de L’art de caler les navires

Revue N°307

La surface de la forme de radoub numéro 3, à Brest, est équivalente à celle 
de quatre terrains de football. C’est l’une des plus grandes de la façade atlantique. © Benoît Stichelbaut

par Sandrine Pierrefeu - Dans la chaîne des métiers qui accompagnent la vie d’un bateau, il en est un dont on parle peu : celui des bassiniers, que l’on nomme aussi attineurs. Ce sont eux qui assurent la mise au sec des grands voiliers, des porte-conteneurs ou des sous-marins nucléaires dans les formes de radoub, sur des blocs de béton, ou tins. Sans attinage, pas de carénage !

L’article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d’une iconographie enrichie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonner à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée