Yves Delfo : peintre de marine

Revue N°009

Cette gouache met en scène le navire d'assistance Saint-Yves armé par la Société des oeuvres de mer, en mission sur les bancs de Terre-Neuve. Le Saint-Yves est un ancien dundée gravelinois, acheté en 1934 par la Société, en remplacement des navires-hôpitaux précédents : trois-mâts, trois-mâts goélettes ou vapeurs de grande taille. Devenus trop importants et coûteux tandis que le nombre de voiliers armant pour Terre-Neuve diminue, ce dundée de 27 mètres permet une intervention avec un équipage plus modeste. Il est équipé d' une salle de soins et d'opération. Il est représenté ici faisant route sur un terre-neuva ; les deux bateaux communiquent par pavillons.
Né en 1921 à Ploermel, Yves Delfo gagne Nantes pour y suivre les cours de l'Ecole des Beaux-Arts ; de 1936 à 1943 il s'y forme au dessin, à la peinture, à l'aquarelle et à la fresque. Le grand port breton lui offre toute la richesse de sa vie maritime : le passé immédiat des grands voiliers long-courriers, dont les derniers survivants s'envasent à la Martinière, le port industriel du monde moderne à venir - vie foisonnante des grands chantiers, alternance des échafaudages d'acier, des grues gigantesques et de l'estuaire si proche, avec ses étiers bordés de roseaux où s'abritent des flottilles de canots. Dès lors, Yves Delfo devient peintre de l'épopée maritime, et, plus largement, de l'aventure technique, car l'histoire de l'aviation le fascine tout autant. Partout où l'homme tente de maîtriser de fabuleuses machines, Yves Delfo est présent pour témoigner. Sur les terrains d'aviation il devient le pein­tre officiel de l'air. Au fond des mines, il peint les wagonnets de charbon ; dans les docks, l'architecture gigantesque des premiers super-tankers ... Lorsqu'il pré­ sente ses toiles au Musée de la Marine de Paris, souhaitant être admis au sein du cénacle des « peintres de la marine », sa demande est refusée. Il ne la renouvel­lera pas. Sans doute en conçoit-il quel­ que amertume, mais surtout il ne com­ prend pas. Comment peut-on ne pas être peintre de marine quand on peint passionnément la mer ?

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée