Le chalutage est toujours le plus dur des métiers

Revue N°009

Les rampes arrières ont nettement diminué l'effort physique qu'il fallait déployer sur les classiques au moment de virer le chalut. Le principe de l'erse que les matelots viennent ici de mettre en place, reste le même pour diviser le cul en palanquées successives.

Par Joël Perrot - Joël Perrot a commencé la pêche à l'âge de 14 ans : l'été, il embarque à la sardine avec son père. Il poursuit quelques temps des études secondaires, puis fait son choix : ce sera la pêche. A 17 ans il est lieutenant, à 24 ans il devient le patron du Tevennec, un chalutier classique de 34 mètres basé à Douarnenez. Aujourd'hui, à 42 ans, il commande le Pors Piron, un pêche arrière de 38 m et 1 400 chevaux qui détient le ruban bleu du port de Douarnenez et du Finistère depuis 8 ans. Joël Perrot a bien connu la navigation sur les chalutiers classiques qui faisaient le Nord. Il nous livre les quelques réflexions que lui a inspiré la lecture du texte de Roger Cougot.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée