Traverser le fleuve : histoire des bacs de Seine, de l’aviron au moteur

Revue N°59

Le passeur a installé une chaise à bord de sa lourde embarcation, témoignant ainsi d'un réel souci du confort, du moins pour l'un de ses passagers. On remarque l'utilisation d'avirons à fûts carrés qui prennent appui sur de solides toletières. L'engoujure à l'arrière autorise aussi d'autres types de propulsion, dont la perche.
Par Jean-Pierre Derouard et Gilbert Fromager - Comme tous les fleuves, la Seine est à la fois une voie de communication et un obstacle à celle-ci. Pour "passer l'eau" en aval de Rouen, riverains et voyageurs n'avaient d'autre recours que d'emprunter un de ces multiples bateaux de passage faisant la navette entre les deux rives et dont voici l'histoire. La construction des ponts de Tancarville et de Brotonne a condamné nombre de bacs mais il en reste encore qui savent conjuguer l'utile et l'agréable.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°327 Réservé aux abonnés

Nous, boat people

Par Laurent Charpentier - À partir de 1975, des centaines de milliers de vietnamiens tentent d’échapper à la dictature, à... Lire la suite