L’étrange ballet de la Dam de Seine

Revue N°236

Lourdement chargée, la drague Daniel Laval se dirige vers la zone de clapage au large d'Octeville. © éric Houri

Par Marie Héron (texte) et Éric Houri (photos) - Elle fait partie du décor des eaux normandes. Pas un jour sans que la Daniel Laval, une des plus grandes dragues de France, n’offre à l’estuaire de la Seine ses incessants ballets nautiques. Contre vents et marées, la drague aspiratrice en marche (dam) creuse ses sillons et remplit son puits, sans jamais jeter l’ancre.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée