L’étrange ballet de la Dam de Seine

Revue N°236

Lourdement chargée, la drague Daniel Laval se dirige vers la zone de clapage au large d'Octeville. © éric Houri

Par Marie Héron (texte) et Éric Houri (photos) - Elle fait partie du décor des eaux normandes. Pas un jour sans que la Daniel Laval, une des plus grandes dragues de France, n’offre à l’estuaire de la Seine ses incessants ballets nautiques. Contre vents et marées, la drague aspiratrice en marche (dam) creuse ses sillons et remplit son puits, sans jamais jeter l’ancre.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonner à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée