Les fantasmagories de Jean Delpech

Revue N°154

Le port de Toulon le soir du 14 juillet 1982. Le feu d'artifice transfigure la ville pavoisée.
Par Xavier Mével - Il est rare que l'œuvre d'un peintre de la Marine soit aussi peu conformiste. Sans doute Jean Delpech (1916-1988) doit-il cette originalité à ses racines « tonkinoises ». Grand prix de Rome en taille- douce, scénographe de Charles Dullin, professeur de gravure à Polytechnique, il se réclame pourtant de « l'art brut autodidacte ». En réalité, il se plaît à bousculer les frontières dressées par les cénacles, comme en témoigne sa production maritime où le fantastique subvertit le réel tout en en restituant les traits les plus marquants.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée