Les chaloupes creuses du pays de Port-Louis

Revue N°248

Chaloupe dans la rade de Lorient 1865
Vue du port et de la ville de Lorient prise de la rade (détail), 1865, huile sur toile de Michel Bouquet (1807-1890). © coll. musée des Beaux Arts de Besançon / cl Charles Choffet

Par Gérard Dieul, Bernard Cadoret, Claude Maho - Le cinquième tome d’Ar Vag, récemment paru, poursuit l’exploration des bateaux de travail de Bretagne, notamment les chaloupes creuses du pays de Port-Louis abordées ici. Originellement étroites, d’un faible creux et de lignes tendues pour une bonne marche à l’aviron, elles se sont élargies tout en devenant de plus en plus profondes, jusqu’à se rapprocher du type cornouaillais avec une étrave verticale, une forte quête d’étambot et un tirant d’eau arrière important.

L'article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d'une iconographie enrichie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonnez à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée