Les bateaux de plage du Boulonnais

Revue N°38

Joseph Blampain pose en tenue de mer devant Miséricord/a (2,26 tx) eonstruit.en l8698 à Boulogne. Le llobart possède ici son gréement complet, mât et queue de 'galet. I n 1900, Joseph Plampain navigue six mois par an avec quatre matelots sur son bateau mais;comme beaucoup de Portelois, il embarque également sur les grands harenguiers et machiniers boulonnais.
Par Bertrand Louf - François Guennoc - Depuis des siècles, les bateaux de plage font partie intégrante de la vie maritime en Manche orientale et Mer du Nord. Entre la baie de Somme et la Flandre maritime, on ne compte, à part Boulogne, qu'Etaples comme port d'estuaire. Une intense activité halieutique ne s'en est pas moins développée sur les grandes plages de sable de la Picardie et du Boulonnais. Jusqu'à la fin de la voile de travail, on trouve dans la région l'une des plus fortes concentrations de bateaux de plage, d'un type réellement singulier et fort bien adaptés à ces conditions d'utilisation particulièrement difficiles. Après les actuels flobarts du Boulonnais, étudiés dans Le Chasse-Marée n° 22, les auteurs nous présentent maintenant leurs prédécesseurs au temps de la voile, quand des centaines de marins pratiquaient le métier de corde à bord de petits bateaux creux, et la pêche du hareng et du maquereau sur les bateaux pontés d'Equihen et de Wissant.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée