Ernest Shackleton : au temps de la ruée vers les pôles

Revue N°174

L'Endurance tente, en vain, de forcer un passage vers l'eau libre à force de voiles et de vapeur. Shackleton avait acquis ce trois-mâts goélette de 43,90 mètres de long et 300 tonneaux au chantier naval norvégien Framnaes de Sandefjord, un constructeur qui avait déjà lancé plusieurs navires polaires. Il s'appelait alors Polaris mais n'avait encore jamais navigué. Le bordé en chêne est doublé en greenheart (ébène vert), un bois si dur qu'il faut des outils spéciaux pour le travailler.
Par Brigitte Lozerec'h - Galvanisés par l'ambition autant que par la science, les explorateurs polaires du début du XXe siècle s'engagent dans une compétition sans merci, à l'image de Scott et Shackleton. Voici les stupéfiantes aventures de ces frères ennemis pareillement fascinés par le pôle Sud, et à travers elles les portraits croisés de quelques apprentis sorciers de l'extrême.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée