Elie Auriau (1819-1859) : un capitaine bordelais sous le second Empire

Revue N°203

portrait du trois-mâts barque Jean-Louis, conservé dans la famille du capitaine Auriau, et annonce de sa vente aux enchères parue dans le quotidien Sémaphore de Marseille, le 30 août 1857.
Par Jacques Ducoin - Raconter la carrière de ce capitaine au long cours originaire du pays d'Arvert, entre Seudre et gironde, c'est passer en revue les différents trafics maritimes générés par quelques événements majeurs de la première moitié du XIXe siècle, comme la découverte de l'or en Californie, ou l'abolition de l'esclavage, qui conduira les planteurs des colonies à recruter des coolies embarqués sur les côtes indiennes, permettant aux grands ports français d'armer plusieurs centaines de trois-mâts vers 1850-1860.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée